>> Accéder forum 2014

Objectif RAC zero

Législation, formation, la vie du point de vente
 
Messages: 3366
Inscription: Jeu 29 Jan 2009 20:53

Objectif RAC zero

Message par Tatayoyo » Ven 28 Juil 2017 15:17

Pour faire suite aux commentaire de l'article:

Je ne proposait qu'une lecture entre les lignes...

La distribution d'OFG ne fait pas du distributeur un "BON" opticien, loin de là.
Vendre du pas cher asiatique est une solution alternative pouvant satisfaire pleinement des clients ne pouvant pas ou ne souhaitant pas dépenser de trop dans leur équipement.

Imaginer des " forfaits " à 150€ en unif et 350 en prog dans le cadre du RAC = zéro me semble utopique.

Il a été acté un encadrement des remboursements optique, pourquoi iraient ils au delà.
Macron veut des contrat mut lisibles avec 3 formules et ayant un socle commun.
1er contrat ( de base ) = remboursement au plancher de ce qui à été voté pour les contrats responsable.
le reste des contrat étant en fonction de la cotisation.

Ce que je voulait dire par mon commentaire c'est que leur objectif n'est que de pouvoir dire: on a tenu notre promesse.
de là à prendre en charge à 100% la rayban ou cartier avec un bon ar multi.... faut pas réver.
Ma meilleure reponse aux abrutis est mon silence.

 
Messages: 191
Inscription: Sam 12 Fév 2011 11:52

Re: Objectif RAC zero

Message par MAGRITTE » Ven 28 Juil 2017 17:33

Ma réaction était un peu provoc!
Il n'y a pas des bons opticiens qui vendent que des bons produits et des mauvais opticiens qui vendent de m...
Par contre il y a clairement des marchands de lunettes qui eux ne vendent que de la M...! et je n'ai pas envie de devenir un des leurs!!!
Mon inquiétude, c'est le bas coût comme référence du reste à charge 0 ou modéré ou du pris en charge à 100%, 50€ en unif et 200€ en prog.
Si c'est ce qui est validé, les clients viendront acheter ce à quoi "ils ont droits", (quel pourcentage de clients??? je n'en sais rien!). Mais imagine 20%? 30%? 40%? des clients qui rentrent pour avoir ce à quoi ils ont droits et pas autre chose.
150€ et 350€ c'est le contrat A.C.S. option C "art mot nie" pour les "clients" aidés par chèque santé, donc plus ou presque plus cmu mais pas encore travailleur ou pas trop travailleur.
Tu poses la question "pourquoi iraient-ils au delà?
Pour sauver ce qui reste de notre industrie lunetière, par exemple.
Oui, c'est vrai, je pense qu'ils en ont rien à battre de nous opticiens et de l'industrie lunetière Française :(
Un corps sain dans un esprit sain

 
Messages: 1474
Inscription: Mer 16 Sep 2009 14:05

Re: Objectif RAC zero

Message par touk » Sam 26 Aoû 2017 15:17

Aujourd'hui notre profession risque d'être formatée autour d'un métier low cost car nous n'avons pas su expliquer notre travail. Si nous ne modifions pas radicalement les règles du jeu en faisant apparaitre notre prestation dans notre facturation, la dégringolade va continuer. La vente de lunettes deviendra une action "génériquée". Les ocam réussiront à faire croire qu'à partir de quelques chiffres sur une ordonnance, on obtient systématiquement le même équipement optique.

La FNOF se bat pour dévier cette trajectoire et permettre l'existence d'une autre catégorie d'opticiens.

Je vois bien nombre d'entre nous se laisser paniquer à l'idée d'un changement de modèle. Mais il faut être réaliste, il n'y aura pas de retour en arrière vers la quiétude des remboursements généreux. Au contraire les remboursements sont en train de baisser.

Peut être la réforme actuelle sur la main d oeuvre sera repoussée mais j'espère qu'elle ne sera pas annulée. Les textes de loi de la sécurité sociale définissent déjà que le code LPP monture désigne la monture ET les prestations nécessaires à sa délivrance. De même pour les verres. Il n'y a pas besoin de code LPP supplémentaires mais seulement d'expliquer la loi. (de même par exemple que les contrats responsables imposent de rembourser 2 équipements séparés VL/VP si le porteur ne veut pas de progressifs). Les opticiens qui veulent continuer à travailler dans les réseaux ne verront effectivement pas cette main d’œuvre être valorisée. Il deviendra visible que le low cost ne peut être accompagné de services poussés. C'est pour ça que les enseignes s'opposent vent debout à l'application de ce décret.

Il faut qu'en premier lieu les opticiens puis nos clients comprennent qu'en plus de l'offre de base (réalisation low cost de lunettes), il existe la possibilité d'une grande palette de prestations (qu'il faut payer!) permettant d'avoir un équipement optique davantage personnalisé, plus confortable, plus beau, plus performant.
Il faut que notre rémunération s'articule non plus uniquement autour de la vente de l'équipement principal. Il faut inciter les patients à revenir plus fréquemment en magasin pour bénéficier de services complémentaires : entretien, réparation, vente de lunettes complémentaires à tarif réduit durant les deux ans qui suivent cet achat et ne bénéficiant plus de participation de la mutuelle ; contrôles visuels au cours de la scolarité mais aussi autour du permis de conduire ; services à (ré)inventer... Le diplôme d'opticien et la formation continue seront adaptés pour accompagner cette évolution. Il va falloir valoriser nos compétences et les désolidariser de l'objet lunettes.


Retourner vers Profession

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 2 invités